AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le soleil brûle et l'eau est salée...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
I'm Mary Jensson

avatar


Messages : 15
Points RPG : 4
Date d'inscription : 19/10/2011
Age : 29
Emploi/loisirs du perso : Mannequin



Le Parchemin
Pouvoir(s):
Race: Nymphe
Disponibilité RP: OPEN

MessageSujet: Le soleil brûle et l'eau est salée...   Lun 13 Fév - 6:20

Le soleil brûle et l'eau est salée...
______________ft Lauren

Plusieurs jours déjà qu'elle était arrivée dans la cité des anges et son agent n'avait toujours pas su lui trouver un appartement descend. Il lui avait même reprochée d’être trop européenne. Franchement, comment pouvait-on être trop européenne, et surtout qu'est ce que cela signifiait? Certes, elle avait refusé ses deux premières solutions de logement parce qu'un : elle ne voulait pas vivre dans une villa avec 15 mannequins débutantes autour d'elle pour épier ses moindres faits et gestes, et que deux : vivre dans un quartier de haute sécurité loin de la ville et donc des magasins ne pouvait correspondre qu'a un rêve purement américain. Elle, ce qu'elle aimait, c’était le confort de la ville, pouvoir sortir de chez elle et entrer dans un magasin rapidement, et surtout pouvoir héler un taxi a chaque coin de rue comme on le voyait si souvent dans les films d'Hollywood. Elle était donc pour le moment, toujours installée a l’hôtel ou elle était descendue en arrivant de l’aéroport et avait pris un des-dits taxis pour se rendre aujourd'hui a la plage.

Apres tout, elle avait un casting dans quelques jours a peine et devait donc être au top de sa forme. Le soleil californien avait d'ailleurs fait des merveilles sur son bronzage, son bikini ne laissant presque pas de traces -vu sa taille- et ayant l'air de beaucoup plaire aux mecs qui jouaient au volley a une dizaine de mètres de la ou elle avait choisi de s'installer. Mary n’étant pas du genre a se priver, leur souriait d'ailleurs régulièrement par dessus le nouveau smartphone qu'elle avait acheté en arrivant et dont elle ne pouvait clairement plus se passer. C’était tellement pratique d'un autre cote. Elle ne s'en était encore jamais offert de si neuf et jouissait en regardant les fils d’actualité de FaceBook ou de Twitter de ses amis ou de certains de ses couturiers préférés. Elle avait d'ailleurs téléchargé tout un tas d'applications très "girly" sur lesquelles avait bien du perdre plusieurs heures ces derniers jours. Le soleil commençant a décliner, la jeune fille ramassa son paréo et son sac en laissant le reste de ses affaires sous la surveillance des sportifs reluqueurs afin d'aller chercher une boisson dans un petit stand qui avait pris place dans la rue piétonne longeant la plage.

Il y avait la queue comme a peu près n'importe ou dans cette ville, et Mary du se poster entre un mec en costume et une jeune fille rousse a laquelle elle ne prêta pas de suite attention. Le business man devant elle était au téléphone avec un client et n'avait manifestement jamais entendu parler de discrétion professionnelle hurlant dans la rue a en donner mal au crane a la model. Enfin son tour arriva et il commanda un granite au vendeur au fort accent espagnol. Mary sourit d'ailleurs en entendant l'accent chantant qui n’était pas rare ici, marquant souvent la provenance modeste de l'interlocuteur pourtant généralement beaucoup plus enjoué que ses compatriotes pseudo natifs de la première nation du monde. Un instant d'inattention, un cri de victoire en raccrochant et l'idiot devant elle ne tarda pas a entendre la plus belle ribambelle d'insultes suédoises jamais déballées sur la cote Est et ce n’était pas supposé s’arrêter la.

~~~ C'est quoi votre problème? Vous êtes tellement mauvais que c'est la première fois que vous concluez un contrat? Espèce de crétin! Vous ne savez pas qu'on est censé boire un granite et non le jeter sur les personnes derrière vous !!!
~~~ Mais euh... je...
~~~ Fermez-la! Surtout fermez la! Et contentez vous de payer cet homme pour les serviettes qu'il va gâcher a cause de vous! Et n'oubliez pas le supplément pour ma boisson... et celle de cette jeune fille que vous avez arrose aussi, pauvre abruti!

rajouta-t-elle en se retournant vers la jeune cliente qui la suivait dans la file. Le jeune homme qui n'avait pas pu en placer une devant la fureur de la blonde, et également a cause de l'air menaçant de tout le reste de la file, maugréa a peine en s’exécutant. Mary posa violemment son sac sur un cote du petit stand pour prendre les serviettes que lui tendait le marchand contrit. Elle lui fit signe de continuer a servir les gens tandis qu'elle s'essuyait et séparant la pile en deux tendit également des serviettes a sa compagnonne d'infortune.

~~~ Tenez, désolée je me suis emportée mais il a du ruiné votre haut et franchement je suis gelée maintenant.

Sourit-elle avec une voix cette fois aussi douce que si elle tentait de câliner un chaton. Elle commença par ramasser les morceaux de glace qui était restés collés sur elle avant de lancer avec un air enjoué quand le vendeur revint vers elles :

~~~ Enfin, au moins, nous avons nos boissons pour rien comme ca. Un fraise pour moi, s'il-vous-plait. Et pour vous?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I'm Lauren A. Tanner

avatar


Messages : 93
Points RPG : 14
Date d'inscription : 01/08/2011
Age : 26



Le Parchemin
Pouvoir(s):
Race: Sorcier
Disponibilité RP: OPEN

MessageSujet: Re: Le soleil brûle et l'eau est salée...   Mar 20 Mar - 8:12

Lauren détestait lorsqu’il y avait un arrivage de paquets à la boutique A Travers Les Âges. Certes, c’était excellent pour le commerce, et il fallait bien refaire le plein d’articles de temps à autres, sinon quoi la boutiques allait se vider, non seulement par rapport aux objets en ventes, mais aussi par rapport aux clients. Mais Lauren, plus que tout, aimait l’ordre. Le fait que chaque chose soit à sa place. Rangée. Et il n’était pas rare qu’il faillent quelque temps pour trouver une place pour chaque chose, justement, quand les objets en questions étaient nouveaux. Enfin. Nouveaux dans la boutique, en tout cas. Lauren était antiquaire, elle n’était pas exactement du genre à vendre des objets derniers cris.
Tant que les “nouveautés” n’auraient pas trouvées un endroits qui serait leur, Lauren savait qu’elle ne pourrait pas être dans la boutique sans angoisser. Ce qui était dommage car le magasin était un des rares endroits, avec son appartement, où elle se sentait totalement bien.
Mais, pour une fois, elle fut heureuse de pouvoir quitter son travail à l’heure de la fermeture. Toute la journée avait été chaude pour un mois de novembre, mais cela n’avait pas dérangé la sorcière plus que cela, d’autant que le magasin était bien climatisé. Et quand elle sortit, la chaleur de l’après midi commençait à s’en aller lentement. Elle décida de sortir pour un balade, de faon à évacuer la pression accumulée durant la journée. La rousse fit un rapide détours par chez elle, se changea, attrapa son lecteur MP3, accessoire indispensable pour qu’elle puisse utiliser les transport en commun, et quitta le quartier de Silverlake pour aller vers la plage.
Arrivée à destination, Lauren ne coupa pas sa musique, et se contenta de marcher sur l’allée qui longeait la plage. Elle observait la mer, sans faire attention à ce qui l’entourait. Sans qu’elle ne sache réellement pourquoi, le mouvement des vagues l’apaisait. Un classique, d’après son psychologue. Quoiqu’il en soit, Lauren ne s’imaginait pas vivre loin de la mer. Tout comme elle ne s’imaginait pas vivre en dehors d’une grande ville. Elle n’avait pas choisit de vivre à Los Angeles par hasard.
Apercevant un stand vendant des granités non loin d’elle, elle s’arrêta pour se rafraîchir. Elle put constater avec soulagement qu’il n’y avait pas grand monde. Seules quelques personnes se trouvaient devant elle : elle n’aurait pas longtemps à attendre.
Pour faire passer le temps, toutefois, elle replongea son regard sur l’océan. A quelques centaines de mètres de la plage, un scintillement étrange attirait son attention. Ce n’était pas grand chose, et elle se doutait que ce n’était pas le genre de chose dont les gens se souciait. Pourtant, elle était curieuse de savoir ce qui provoquait un reflet rougeâtre sur l’eau. D’autant que cela ne lui était pas difficile. Elle se concentra un peu et sa vision s’amplifia, jusqu’à ce qu’elle puisse voir un peu plus loin que la grande majorité des gens. Elle n’avait pas eu besoin de beaucoup forcer pour voir que ce qui avait attirer son attention était un sac plastique qui flottait à la surface de la mer. Intérieurement, elle pesta. Les gens n’avaient vraiment aucun respect pour la nature ! Elle-même n’était pas une écologiste convaincue, mais certaines choses, comme cela, avait tendance à l'atterrer.
Elle regardait encore le sac dériver quand elle sentit un grand froid sur elle et qu’elle prit conscience qu’autour d’elle, les gens commençaient à parler fort. Très fort. Elle entendait la femme blonde qui la précédait dans la queue hurler dans une langue qu’elle ne comprenait pas. De toute façon, elle avait été si surprise d’être tirée aussi brusquement de sa rêverie qu’elle n’aurait pas compris ce que disait l’inconnue. Elle voyait les gens discuter à coté d’elle, et ne pouvait s'empêcher de sentir le froid qui dégoulinait sur son visage.
Elle qui voulait se rafraîchir, elle était servie. Elle sentait chaque bout de glace pilée sur sa peau, et un sentiment de dégoût l’empli. Le liquide lui semblait très poisseux, maintenant qu’elle l’avait sur la peau. Elle n’avait jamais remarqué cela quand elle en buvait. Et puis, après tout, elle ne savait rien des conditions dans lesquels ce marchand faisait ses granités. Comment avait-elle pu avoir l’idée d’en manger.
L'écoeurement de Lauren se transformait petit à petit en panique. Elle peinait à respirer et n’arrivait pas à se concentrer sur autre chose que sur le liquide poisseux et glacée qui coulait sur son visage. Elle voyait la blonde se tourner vers elle, lui parler. Mais tout ce qu’elle arrivait à prononcer était un vague :
« Qu... qu... qu... qu’est-ce que... comm... Je... »
Rien de vraiment très intelligible, en somme. La jeune sorcière était bien trop perturbée par ce qui lui arrivait pour cela. Un partie d'elle se rendait compte que sa réaction était un peu disproportionnée, mais elle ne parvenait pas à se raisonner, ni même à se reprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Le soleil brûle et l'eau est salée...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Alliance ::  :: Los Angeles, Zone Aéroportuaire ▬ :: Playa Del Rey ▬-
Sauter vers: